La Camargue

LA CAMARGUE

1) Situation géographique

Arrivé à la ville d’Arles, le Rhône se sépare en deux : le Petit Rhône rive droite et le Grand Rhône, rive gauche, formant un delta. Entre les deux bras du Rhône, se trouve le Parc Naturel Régional de la Camargue.

De nombreux étangs, marais, dunes, canaux font qu’il est difficile d’explorer ces étendues; le meilleur moyen est de suivre à pied ou à vélo les sentiers de découverte aménagés et d’arriver aux Saintes-Maries de la Mer.

2) Historique

Terre instable à cause d’une accumulation d’alluvions, la Camargue n’a jamais encouragé les hommes à y vivre. Pourtant elle a toujours suscité les convoitises.

-le sel et la pêche ont attiré les Grecs.

-les Romains y ont cultivé la vigne et des céréales

-au Moyen-Âge, les moines cisterciens ont développé l’agriculture et les salines.

Plus tard, la main de l’homme a modifié le paysage en assainissant le delta lui donnant un paysage artificiel.

3) Economie

Ce site est remarquable par la diversité d’espèces d’oiseaux ( plus de 350 ) : canards, hérons, mouettes, sternes, goélands, échasses…

C’est le seul lieu de France où nichent les flamants roses.

La majorité de ces oiseaux se trouve près de l’étang du Vaccarès, vaste lagune peu profonde .

Depuis l’antiquité,la saliculture (production de sel) s’étend sur 14 000 ha; la production atteint 1 million de tonnes par an.

Depuis le XVIème siècle, la riziculture (production de riz) s’étend sur 20 000 ha dans les terres. Elle occupe plus de 40% des terres agricoles.

Dans les «manades», l’élevage des taureaux est encore une activité importante en Camargue.Les bêtes sont destinées aux jeux taurins dont nous parlerons plus loin.

L’élevage des chevaux (complices des gardians qui surveillent les taureaux) est important sur de grandes étendues souvent immergées.

4)Festivités

La foi du taureau est une véritable religion pour tous les gardians chevauchant à travers les marécages.

De nombreux jeux pour amateurs permettent à la population de se mesurer au taureau ou aux vachettes lors de fêtes patronales des villages de Provence.

Le jeu le plus connu est «la course à la cocarde»; le but est d’enlever des attributs fixés aux cornes des taureaux (cocardes) sans se faire renverser par l’animal, ce qui arrive parfois occasionnant des blessures plus ou moins graves.

Les fêtes religieuses ou profanes sont fréquentes en Camargue.

Les gitans, très nombreux dans cette région, fêtent leur sainte, Sainte Sarah, lors de processions à cheval aux Saintes-Maries de la Mer le 24 mai.

5)Lieux à visiter non loin de la Camargue.

AIGUES-MORTES

Située à quelques km d’Arles, protégée par une enceinte fortifiée, cette ville est célèbre à cause du roi Louis XI (Saint-Louis) qui en partit pour 2 croisades en 1248 et 1270.

NÎMES

Appelée la «Rome française» elle connut un essor spectaculaire sous l’empereur Auguste.

A visiter obligatoirement : la «maison carrée» et surtout «les arènes» utilisées encore aujourd’hui pour les courses de taureaux avec ou sans mise à mort.

AVIGNON

Fuyant Rome et l’anarchie qui y régnait, 7 papes français vont régner en Avignon de 1309 à 1403 et vivre dans le Palais,vaste ensemble monumental.Aujourd’hui s’y déroule un célèbre festival (théâtre,mime,musique,danse) .

  Le Palais des Papes

ARLES

Située à l’entrée de la Camargue, cette ville est célèbre pour ses nombreux monuments romains dont nous parlerons dans un prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *