A la découverte de… les monuments romains du sud de la France

La civilisation romaine a laissé de nombreuses traces dans les régions soumises à Rome, ce qui est le cas dans le sud de la France. Beaucoup de ces monuments ont résisté aux assauts du temps et des hommes.

Dans un premier temps, voici la liste des villes où se trouvent les monuments les plus connus, liste incomplète car beaucoup d’autres vestiges romains peuvent être visités ailleurs.

Dans un deuxième temps, nous détaillerons 2 monuments les plus célèbres de cette région.

ARLES : forum, théâtre, thermes, cirque, amphithéâtre

https://www.arlestourisme.com/fr/

AIX EN PROVENCE : thermes 

http://www.aixenprovencetourism.com/

FREJUS : amphithéâtre, aqueduc, arènes

http://www.ville-frejus.fr/

ORANGE : théâtre, arc de triomphe

 

NÎMES : arènes, maison carrée, temple de Diane

https://www.nimes.fr/

NICE : thermes, arènes

http://www.nicetourisme.com/

VAISON-LA-ROMAINE : pont, thermes, théâtre

http://www.vaison-ventoux-tourisme.com/

REMOULINS : le pont du Gard

2 monuments incontournables :

LES ARENES DE NÎMES

Achevées vers la fin du Ier siècle, les arènes furent construites avec le Colisée de Rome pour modèle, tout en étant plus grandes (133m de long, 101m de large).Elles pouvaient contenir à l’époque romaine 24 000 spectateurs. Ceux-ci venaient surtout pour les courses de chars ou les combats de gladiateurs, jeux qui passionnaient les Romains.

Leur restauration eut lieu au 18ème siècle, puis stoppée pendant la révolution, et reprise en 1809.

Actuellement 13 000 spectateurs, tous assis, peuvent assister aux corridas, courses camarguaises ou nombreuses manifestations culturelles.

LE PONT DU GARD

Au Ier siècle, la ville de Nîmes comptait 20000 habitants. Il n’y avait pas assez d’eau pour alimenter la population, les thermes, fontaines et jardins.

Les Romains eurent alors l’idée de faire venir de l’eau depuis Uzès jusqu’à Nîmes en construisant un aqueduc long de 52 km.

Une difficulté était de franchir le Gard. La construction du pont permit de faire couler l’eau jusqu’à Nîmes, exploit remarquable quand on sait que le dénivelé entre le départ et l’arrivée n’est que de 12m, la pente étant de 24 cm par km.

1000 ouvriers y travaillèrent pendant 5 ans.

Devenu péage au Moyen-Âge, ensuite abandonné, puis pont routier du 18ème au 20ème siècle, il est aujourd’hui exclusivement réservé aux piétons accompagnés par un guide pour la partie supérieure.

1 500 000 touristes visitent ce monument chaque année, aussi l’environnement est très surveillé.

Il est inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *